Ecoblogie

Syndication de blogs sur l'écologie, l'environnement, le développement durable...

jeudi 17 avril 2014

Politique commune des pêches : du papier à la réalité

Le Parlement européen a voté ce mercredi 16 avril, le Fond européen pour les affaires maritimes et la pêche, le FEAMP, l’instrument financier de la Politique Commune de la Pêche (PCP). Ceci met un point final à ce processus de réforme qui n’a lieu que tous les 10 ans.

Tournée européenne de l'Arctic Sunrise en soutien aux pêcheurs artisans (Mai 2013)

Tournée européenne de l’Arctic Sunrise en soutien aux pêcheurs artisans (Mai 2013)

C’est la première fois que le Parlement participe à un tel processus et il semble bien qu’il ait joué un rôle positif. Repoussant les lobbys de l’industrie soutenus par leurs ministres de la pêche, il a su faire preuve d’ambition dans la lutte contre la surpêche.

Des avancés significatives

Malgré ses imperfections c’est probablement la meilleure réforme de la Politique commune des pêches en Europe depuis que celle-ci existe. Rappelons que l’Union européenne s’est fixé comme objectif de reconstituer les populations de poisson et de mettre fin à la surcapacité des flottes européennes. Par ailleurs, pour la première fois, la pêche artisanale est reconnue et des critères environnementaux et sociaux devront être mis en place pour l’attribution des quotas. C’est notamment grâce à la mobilisation européenne, à vous, que nous en sommes arrivés à ce résultat.

Il faut arrêter de financer les causes du problème

Mais pour que ces objectifs deviennent une réalité, il fallait que l’instrument financier de la PCP aille dans le même sens. Or Le règlement qui vient d’être adopté, même s’il contient lui aussi des avancées en faveur de la défense du bien commun, est loin d’être parfait. Le fond d’aide à la pêche permet de continuer à financer le secteur en accordant des aides directes à la “modernisation de la flotte”, ce qui se traduit le plus souvent par la construction de nouveaux bateaux ou la sophistication de navires de pêche industriels, alors que les stocks de poissons ne peuvent aujourd’hui plus supporter cette pression.

Y a-t-il un pilote dans l’avion ?

Tout dépend maintenant de la façon dont les Etats européens vont mettre en œuvre cette réforme et avec quelle volonté politique ils vont s’attaquer à la surpêche. La France veut-elle vraiment sortir du cercle vicieux du maintien d’une trop grande puissance de pêche ? Les positions défendues par M Cuvillier, Secrétaire d’Etat à la pêche, permettent d’en douter. Il a continuellement défendu les intérêts d’une poignée d’industriels et tourné le dos aux acteurs de la petite pêche. M Cuvillier vient d’être reconduit dans ses responsabilités. Comment compte-t-il mettre en œuvre la réforme qui vient d’être adoptée ? Veut-il réellement se donner les moyens de sauver nos océans, et donc la pêche ?

Pour cela le gouvernement doit faire preuve de courage politique et porter un vrai changement, le status quo n’étant pas une solution. Le temps n’est plus à la procrastination. Il est urgent d’agir, de mettre en place les critères qui vont permettre de progressivement réorienter l’accès au poisson à ceux qui pêchent de manière durable. La nouvelle PCP le permet, mais seulement si les gouvernements la mettent en œuvre.

C’est par des actes concrets que nous verrons si M. Cuvillier a une vision pour l’avenir de la pêche. Il lui faut privilégier le bien commun sur les intérêts privés à court terme de quelques armateurs, et donc faire des choix. En commençant par mettre en place des critères environnementaux, sociaux et économiques pour l’attribution des quotas de pêche, et en cessant de soutenir les pires pratiques ou le maintien voir le développement d’une puissance industrielle surdimensionnée.

Frégate III : premier chalutier de France à être équipé d’une motorisation hybride.

Un projet de chalutier hybride bateau-la-fregate-boulogne-sur-mer-4196-s

Mis en place depuis janvier 2011, produit de 4 mois de transformation des moteurs  sur le chalutier FREGATE de   l’armement coopératif Acanor, le projet FREGATE III a pour finalité de préserver un métier artisanal, tout en développant une pêche rentable, économe en énergie, mais aussi en limitant  ses rejets atmosphériques. 

L’expérimentation en mer, qui a commencé en avril 2013, s’effectue en condition réelle d’exploitation en Manche et en
Mer du Nord. le programme Fish2ecoEnergy jette ainsi les bases de l’optimisation énergétique des bateaux de demain en imputant une baisse des charges d’exploitation pour les pêcheurs liées à la motorisation.

Les travaux d’alimentation au gaz naturel de la Frégate III sont intervenus suite à une première phase de transformation
de la propulsion du navire (septembre 2012 – avril 2013). Cette dernière a conduit à installer un système de propulsion dite  «hybride» : un moteur électrique remplace le moteur diesel pour propulser le navire. L’électricité nécessaire au
fonctionnement du moteur électrique est produite par un groupe électrogène, fonctionnant, lui, au gasoil.

Cet article Frégate III : premier chalutier de France à être équipé d’une motorisation hybride. est apparu en premier sur ecoloPop.

Looking for Mrs GEMAPI

L'invraisemblable conception de la GEMAPI affole tout le Landerneau aquatique, qui multiplie colloques et séminaires aux fins d'apprivoiser la bête. A consulter l'interminable listes de doctes questionnements qui fleurissent comme lilas en mai, point n'est besoin d'être grand devin pour comprendre qu'il y a de l'eau dans le gaz. Revue de détail. En 1977, Diane Keaton, égérie de Woody Allen, saisissante héroïne de Looking for Mister Goodbar, rencontre des hommes de passage dans des bars dont la fumée et (...)

L'écologie des catacombes, par Alain-Claude Galtié

Plusieurs années durant, en Bourgogne, un homme remue ciel et terre pour alerter administrations, politiques et ONG sur la destruction programmée d'une rivière. Il se heurte à un mur. A l'image des premiers chrétiens abritant leur foi dans l'église des catacombes, son carnet de bord nous révèle crûment l'état de l'écologie en 2014. Le bilan du difficile travail "associatif" (!) pour tenter de sauver l'eau d'une tête de bassin de Saône et Loire, au terme d'innombrables tentatives de communication avec des (...)

mercredi 16 avril 2014

Honda investit dans l'hydrogène

Honda annonce par un communiqué qu'il participe au projet HyFIVE (Hydrogen for innovative vehicles) afin de mettre au point des solutions concrètes pour permettre à l'hydrogène de se démocratiser. Honda, pionier dans le domaine avec la FCV Clarity, lancera en 2016 une nouvelle génération de véhicules hydrogène, cette fois destinée à l'Europe.

Audi certifié par la norme internationale ISO 14064

Le groupe Audi a calculé son empreinte carbone globale et devient le premier constructeur automobile haut-de-gamme certifié par la norme internationale ISO 14064.

Ségolène Royal veut en terminer petit à petit avec le Diesel

Ségolène Royal s’exprimait hier sur BFMTV et RMC ; elle a été sans ambiguïté quant à ses intentions à l’égard des motorisations Diesel.

Brèves de l'éco - PSA veut poursuivr ses coopérations industrielles, un repreneur pour Mia...

Voici deux nouvelles informations concernant le monde économique de l’automobile.

Caradisiac a essayé le Hyundai ix35 Fuel Cell, le premier véhicule à hydrogène immatriculé en France

Hyundai est le premier constructeur au monde à avoir obtenu une homologation européenne pour un véhicule fonctionnant avec une pile à combustible. Le constructeur sud coréen a invité Caradisiac pour essayer l'un des deux ix35 Fuel Cell immatriculés sur le sol français.

Pesticides : quand les abeilles ont le bourdon …

Les abeilles sont considérées comme les “reines de la biodiversité”. Et pourtant, leur nombre continue de diminuer. La raison : un système d’agriculture intensive qui utilise à outrance des produits chimiques. Ce système est promu par des entreprises agrochimiques telles que Bayer, Syngenta ou encore BASF.

Mobilisation de Greenpeace devant le siège de Bayer, en Allemagne

Mobilisation de Greenpeace devant le siège de Bayer, en Allemagne

Nous souhaitons démontrer que le modèle agricole actuel a des effets néfastes sur les abeilles. Greenpeace publie aujourd’hui un rapport scientifique “Les abeilles ont le bourdon :
Analyse des résidus de pesticides retrouvés dans le pain d’abeille et le pollen piégé d’abeilles domestiques (Apis mellifera) dans 12 pays européens”
.

L’étude a révélé que plus des deux tiers du pollen prélevés dans les champs et ramenés à la ruche par les abeilles ouvrières ont été contaminés. Dix-sept produits chimiques toxiques différents ont été enregistrés et un total de 53 substances chimiques ont été détectées au cours de cette étude. Ils représentent un large éventail de pesticides. Cette enquête est l’une des plus vastes de son genre réalisée à ce jour en Europe, avec plus de 100 échantillons prélevés dans 12 pays européens durant une seule saison de butinage.

Le redoutable “effet cocktail”

La vaste gamme de produits toxiques trouvés indique que les abeilles peuvent être exposées à des mélanges complexes d’insecticides, d’acaricides et de fongicides dans leur nourriture et dans la ruche. Le pollen contaminé représente ainsi une menace directe pour l’ensemble de la population d’abeilles, car la colonie, y compris les larves, les abeilles et les bourdons travailleurs, se nourrissent de ce pollen comme source de protéines et d’énergie. L’exposition des abeilles et des larves d’abeilles à ce mélange de pesticides toxiques est importante. En effet, selon des recherches récentes, l’interaction des différents composants chimiques peut conduire à un “effet cocktail”. Ce mélange peut être plus toxique pour les abeilles qu’un seul produit chimique !

De plus, de nombreuses études montrent que les pesticides peuvent affaiblir le système immunitaire des insectes, ce qui les rend plus vulnérables aux maladies, aux agents pathogènes et aux parasites tel le varroa. L’ensemble de ces maladies et de ces parasites s’ajoutent aux menaces qui pèsent déjà sur les abeilles.
Les abeilles et les autres pollinisateurs jouent un rôle essentiel dans notre chaîne de production alimentaire ! Un tiers de notre nourriture, et la plupart des plantes à fleurs de la planète, sont pollinisées par les abeilles et autres insectes pollinisateurs. La valeur de la pollinisation mondiale a été estimée à 265 milliards d’euros.

Il devient désormais urgent de protéger nos abeilles et notre agriculture. Avec votre aide, Greenpeace exige que les décideurs élargissent le moratoire partiel concernant quatre des pesticides nocifs pour les abeilles et que cette interdiction soit permanente, et bannir tous les pesticides nuisibles aux abeilles. Nous avons besoin de plans d’action ambitieux afin de surveiller la santé des abeilles et autres pollinisateurs et de réduire leur exposition globale aux produits chimiques dangereux.
Par ailleurs, il est urgent et nécessaire d’arrêter de financer un modèle agricole industriel destructeur. La voie de l’agriculture écologique est le meilleur modèle à suivre pour les abeilles et pour la planète.

Nous vous invitons à nous rejoindre, à faire partie du mouvement mondial pour la sauvegarde des abeilles et la promotion d’une agriculture écologique.

Vous pouvez agir maintenant et interpeller les marques qui utilisent encore des pesticides tueurs d’abeilles en devenant un Guetteur.

bouton_guetteur

RecyPack : le premier pack DEEE compensé

Déchets électroniques. L’entreprise Ecorec propose un service de collecte et de traitement de déchets électriques et électroniques qui privilégie le réemploi. Les émissions de gaz à effet de serre associées au traitement sont également compensées. Une première.
DEEE - Ecorec - RecyPack

Lire la suite

mardi 15 avril 2014

GM mise 449 millions USD supplémentaires sur les voitures électriques

General Motors va investir 449 millions de dollars pour préparer la production de ses prochains modèles « zéro émission ». GM en pleine opération de relance Après quelques années de flottement, le marché automobile mondial a retrouvé sa splendeur en 2013. Aux États-Unis, 15,7 millions de voitures se sont écoulées… dont 550 000 unités utilisant […]

Lire la suite sur GM mise 449 millions USD supplémentaires sur les voitures électriques ... Note: Suivez-nous sur Facebook et Twitter | Voiture Electrique

Les OGM contaminent aussi la France !

Six OGM différents ont été détectés dans des semences de maïs « certifiées sans OGM » vendues en France en 2013 et 2014 par le semencier espagnol Semillas Fitó ! Une situation inacceptable que nous dénonçons, alors que la loi sur l’interdiction du maïs OGM en France est en débat cet après-midi même à l’Assemblée nationale.

Semences de maïs Tauste commercialisées en France en 2013

Semences de maïs Tauste commercialisées en France en 2013

Six OGM détectés dans des semences de maïs “certifiées sans OGM”

Nous avons fait tester par le laboratoire indépendant Eurofins, 3 échantillons aléatoires de semences de maïs d’environ 3 kilos, commercialisés en 2013 et 2014. Le laboratoire y a détecté les OGM suivants :

- 3 OGM différents dans l’échantillon de maïs ORDINO de 2014 : les TC1507, MIR604 et DAS-59122 ;

- 6 OGM différents dans l’échantillon de maïs ORDINO de 2013 : les MON810, MON863, NK603, TC1507, MON88017, DAS-59122 ;

- 2 OGM différents, dans l’échantillon de maïs TAUSTE de 2013 : les TC1507, DAS-59122.

Des agriculteurs français floués

Ces OGM ont été vendus, semés et cultivés dans les champs, on ne sait où en France, à l’insu d’agriculteurs qui ne souhaitaient pas planter d’OGM ! Ils ont été trompés par ce semencier, et ce maïs contenant des OGM se retrouve donc potentiellement dans notre alimentation.

Notre demande est claire : les semences de maïs incriminées doivent être immédiatement retirées du marché, le gouvernement doit mettre en place de réelles mesures de contrôle, et sanctionner sévèrement les infractions à ces règles.

Nous le répétons : la coexistence entre cultures OGM et non- – OGM est impossible !

La loi interdisant la culture de maïs OGM en France, en débat cet après-midi à l’assemblée nationale, est à la fois une nécessité et une urgence. Mais cette loi ne sera pas suffisante : pour lutter efficacement contre les OGM, la France doit agir au niveau européen pour renforcer l’évaluation des OGM et s’assurer qu’elle prenne en compte l’ensemble des impacts sanitaires à long terme, environnementaux et socio-économiques.

Les semenciers sont manipulateurs et peu scrupuleux. En effet, dans certains cas comme au Brésil, les semenciers et lobbies pro – OGM ont introduit ces cultures dans les champs, contaminant les cultures alentour, et utilisant la contamination pour obtenir, de fait, l’autorisation de mise en culture ! S’agit-il d’une manœuvre de plus des semenciers et lobbies pro-OGM pour les faire entrer coûte que coûte les OGM dans les pays qui n’en veulent pas ?

Nous refusons cette fatalité ! Et nous vous donnons le pouvoir de dire non en commençant par interpeller les marques qui utilisent encore des OGM dans la fabrication de leurs produits !

bouton_guetteur

Des propriétaires de Tesla Model S piratent leur auto

Le problème avec le tout électrique, l'électronique et l'information, c'est que les accès et les piratages sont bien plus aisés que sur une auto qui garde une partie mécanique pure. Vous l'avez vu récemment, la Tesla Model S est au centre de piratages, mais certains propriétaires profitent aussi d'un accès aisé au système de l'auto pour pirater leur propre auto. Une sorte de « jailbreak » pour Tesla Model S.

Mercedes lance la production de la Classe B électrique

Mercedes annonce officiellement le lancement de la production de la Classe B électrique. C'est la première véritable auto 100 % électrique accessible et de série de Mercedes et elle sera dans un premier temps réservée au marché nord américain.

lundi 14 avril 2014

Et votre maison, sera t-elle épargnée de la montée des eaux ?

La montée des eaux est une conséquence inéluctable du réchauffement climatique et concerne un grand nombre de villes et de citoyens. Et vous, serez-vous touché par cette catastrophe climatique ? Vous pouvez le découvrir sur Flood fire tree, la carte intéractive qui évalue le niveau des océans de 1 à 60 mètres:

D’après le GIEC (le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat), qui observe depuis 1992 la montée quotidienne des eaux par satellite, l’augmentation du niveau des mers pourrait atteindre jusqu’à 98 cm à la fin du siècle. Une telle élévation entraînerait une croissance des réfugiés climatiques (environs 150 millions en un siècle). Selon certaines estimations, il suffirait d’une élévation de 7 mètres pour que Bruxelles se transforme en ville balnéaire et pas plus d’un mètre pour que Venise soit entièrement engloutie. Des pronostics à en faire frémir plus d’un ! C’est la fonte de la calotte glacière qui serait à l’origine de la remontée des eaux. Le globe terrestre n’est pas un objet figé, mais au contraire une entité vivante qui évolue avec ses habitants et son atmosphère. Comme le remarque Anny Cazenave, géophysicienne « Elle se déforme sous l’influence de son propre poids ». Ceci aurait pour conséquence une déformation des bassins océaniques. Ainsi, à certains endroits, on ferait face à une augmentation des eaux tandis qu’à d’autres, on observerait, au contraire une diminution de celui-ci. La ville de New-York pourrait ainsi faire face à une augmentation de plus de 1,30 mètres alors que la ville de Brest observerait une élévation de 90 cm. Mais, comme le rappellent nombreux auteurs sur le sujet, il existe un moyen de remédier à cette catastrophe humaine : Limiter les émissions de gaz à effet de serre.

A pentrez, au fond de la baie de Douarnenez, les habitations riveraines ont été sévèrement menacées par les tempêtes exceptionnelles de l'hiver 2013 - Photo : erwan-foto.com

A Pentrez, au fond de la baie de Douarnenez, dans le Finistère, les habitations riveraines ont été sévèrement menacées par les tempêtes exceptionnelles de l’hiver 2013 – Photo : erwan-foto.com

 

Cet article Et votre maison, sera t-elle épargnée de la montée des eaux ? est apparu en premier sur ecoloPop.

Dossier écoconception logicielle : genèse

Dans cette première partie de notre dossier consacré à l’éco-conception des logiciels, nous revenons en détail sur les raisons qui poussent les entreprises et les éditeurs à s’intéresser à cette pratique. Un article à lire absolument pour comprendre la suite du dossier.
Logiciel - code - code source sur fond noir - 520

Lire la suite

vendredi 11 avril 2014

Audi lance l'A6 e-tron, en Chine seulement

Audi annonce la commercialisation prochaine de l'A6 e-tron, ou hybride rechargeable. L'auto, qui avait déjà été présentée en concept voilà maintenant deux ans, passe aujourd'hui au stade de la production mais est uniquement réservée au marché chinois.

Le big data au service de la biodiversité

IT for Good. Les outils de big data d’HP mis à la disposition de l’ONG Conservation International ont permis de construire un système d’alerte précoce pour la protection des espèces les plus menacées au niveau des points chauds de biodiversité.
Big Data - Wildlife Picture Index - screenshot - 520px

Lire la suite

jeudi 10 avril 2014

Salon de Pékin : Bentley présentera une Mulsanne hybride rechargeable

Sur le segment du luxe, l'hybride n'a guère sa place. Pourtant, la technologie propose de nombreux avantages (à commencer par le fait qu'elle réduit le taux de CO2 pour les constructeurs), et certains commencent à y penser. Tenez, prenez par exemple Bentley : le constructeur anglais dévoilera au salon de Pékin un concept hybride rechargeable.

- page 2 de 673 -