Ecoblogie

Syndication de blogs sur l'écologie, l'environnement, le développement durable...

jeudi 23 juillet 2015

Loi pour la transition énergétique votée. Place au concret !

C’est hier en fin de journée que les députés ont (enfin !) voté la loi pour la transition énergétique et la croissance verte. Et pour la première fois, un cadre législatif impose de réduire la part du nucléaire dans le mix électrique français !

Mais il ne s’agit bien que d’un cadre dans lequel devra s’opérer la transition énergétique. Pour que cette loi ne reste pas lettre morte et pour que s’appliquent concrètement, sur le terrain, de véritables changements, tout reste à faire.

François Hollande doit faire en sorte que ce texte franchisse les écueils du financement et de sa mise en œuvre. Il doit agir dès maintenant pour donner les moyens à la France d’entamer sa transition énergétique. Une VRAIE transition énergétique, celle d’un pays qui va présider la Conférence sur le climat en décembre prochain…

Prochaine étape : la Programmation Pluriannuelle de l’Energie

La Programmation Pluriannuelle de l’Energie (PPE) est la déclinaison opérationnelle de cette loi. Son contenu ainsi que l’échéance pour son élaboration ne sont aujourd’hui toujours pas connus.

A la fermeture de deux réacteurs à Fessenheim (qui fait partie des engagements de campagne de François Hollande) il faudra ajouter trois autres fermetures d’ici 2018 pour avoir ne serait-ce qu’une chance d’atteindre les objectifs fixés par la loi.

En parallèle, il est nécessaire de se donner les moyens de mettre la transition énergétique en état de marche. Un récent rapport de l’ADEME a démontré que 100% d’énergies renouvelables en France, c’est possible, en plus d’être rentable !
En tant qu’hôte de la Conférence sur le climat qui aura lieu à la fin de l’année, François Hollande doit se donner les moyens de réaliser une transition énergétique digne de ce nom. Pour atteindre 27% d’énergies renouvelables électriques en 2020 et 40% en 2030, il va devoir mettre les bouchées doubles !

Pour nous, le moment est historique.
Depuis le début de son existence, Greenpeace n’a eu de cesse de combattre les énergies du passé qui mettent en danger les populations et notre planète.
Mais nous ne perdons pas de vue la nécessité de la mise en œuvre opérationnelle de ce texte et de la place qui doit être faite aux énergies renouvelables.

Vous êtes déjà plus de 48 000 à avoir demandé à François Hollande de prendre ses responsabilités pour le climat. La mobilisation ne doit pas s’arrêter là.

La taxe carbone va augmenter, le prix à la pompe aussi

Vous avez entendu parler de l’écologie punitive et vous allez vivre de plus en plus assidûment la fiscalité verte. Une conjoncture qui se décline sous la forme d’une Contribution climat énergie On l’identifie aussi sous le concept de « taxe carbone ». Cette semaine, la représentation nationale a voté dans son Assemblée le principe de son quadruplement. Carrément. Et ce vote va avoir des conséquences sur les prix à la pompe.

La prochaine Toyota Prius pourra rouler 50 kilomètres en électrique

Le véhicule hybride le plus vendu dans toute l'histoire de l'automobile fera bientôt son grand retour. Les prestations seront inévitablement en hausse, y compris sur le plan de l'autonomie en "tout électrique". La nouvelle arrivante sera très douée sur ce plan.

mercredi 22 juillet 2015

Tesla prépare une nouvelle sportive

Le spécialiste californien de la voiture électrique reviendra bientôt à ses premiers amours. Histoire de boucler la boucle, après avoir conquis la planète entière et développé une vraie gamme de modèles. Tout avait pourtant commencé avec une sportive à la diffusion confidentielle.

mardi 21 juillet 2015

Future Nissan Leaf : comme ça ?

Un graphiste a imaginé à quoi pourrait ressembler la prochaine génération de la Nissan Leaf. Le modèle est attendu pour l'année prochaine ou plus tard.

La e-NV200 Evolia 7 places se profile à l’horizon

Moins d’un an après la sortie de la version 5 places, Nissan compte très prochainement mettre sur le marché son e-NV200 Evolia 7 places. Le constructeur japonais affiche son optimisme au vu du succès de cette première version. Une 100 % électrique très prometteuse S’adressant tout particulièrement aux familles nombreuses, aux taxis, ou encore aux […]

Vers un diagnostic unique de performance environnementale ?

Le ministère du Logement vient de répondre en rafale à cinq parlementaires qui lui suggéraient, en reprenant les conclusions d'un récent rapport du « Club des Juristes », la création d'une base de données unique, et en libre accès, qui « constituerait une sorte de « carnet de santé environnementale » de tout terrain ou immeuble bâti ayant fait l'objet d'une transaction. Seraient concernés l'ensemble des terrains, qu'ils soient ou non soumis aux législations environnementales spéciales. » Sous couvert de (...)

Pour une presse libre et indépendante : soutenez REPORTERRE

Ceux qui ne connaissent pas encore le journal en ligne reporterre iront faire un tour pour constater que l'information y reste indépendante, écologique, et surtout libre d'accès sans abonnement ni publicité. Autre particularité : les articles des journalistes sont disponibles sour license Creative Commons, c'est à dire qu'ils peuvent être reproduits sur votre site (intégralement ou en extrait) à condition de mentionner la source.

reporterreAnimé par des journalistes de renom sous la direction de Hervé Kempf, ancien journaliste du Monde, le site a besoin de 16000 € dont 70% sont dédiés aux salaires des journalistes. Retrouvez la campagne d'appel aux dons sur le site : http://www.reporterre.net/

Cet article Pour une presse libre et indépendante : soutenez REPORTERRE est apparu en premier sur ecoloPop.

lundi 20 juillet 2015

Tesla : la Model S gagne en autonomie et en puissance

Le patron de Tesla a présenté en fin de semaine dernière une nouveauté pour le seul modèle au catalogue du constructeur, en attendant le SUV Model X qui se fait attendre. La Model S gagne ainsi une version d'entrée de gamme « 70 » dépourvue de transmission intégrale et une variante à batteries 90 kWh sur les plus hauts modèles de la berline.

Toulouse : du street art chez EDF

Aboutissement d’un appel à projets lancé en 2014 par EDF et l’association Graff’Art sur le thème de « L’énergie dans la ville ». l'exposition est née de la volonté de permettre l’émergence d’oeuvres originales et ouvertes sur toutes les dimensions de l’énergie, tant dans son concept que dans sa traduction, avec un thème central : rendre l'art aussi accessible que l'electricité !

BASTO CHARLIE_TEULADE Journée des utilisateurs SALOME ELDJUNE EZK

Avec « Street Art, l’énergie dans la ville », EDF illustre son lien avec la ville sous l’angle innovant et dynamique du développement culturel. L’occasion également pour Graff’Art de repérer de nouveaux talents et promouvoir le Street Art comme un art graphique à part entière. « Le choix du Street Art n’est pas anodin.

Nous voulions soutenir un projet moderne, répondant à la préoccupation d’innovation permanente d’EDF, capable d’incarner tout à la fois les territoires et cette valeur de solidarité si importante dans notre action. Nous souhaitions donc, par cet appel à projets, contribuer à faire émerger des artistes et montrer la créativité des « énergies » locales, car à travers ses ouvrages de production, ses directions régionales et ses équipes, EDF est présent partout en France », explique Christian Poncet, Délégué Régional EDF en Midi-Pyrénées.

Ce concours s'adressait aux artistes du Street Art (jeunes ou expérimentés) de toutes les régions de France. Un projet original qui a donné naissance à 34 oeuvres, toiles et objets, empreintes de créativité, soit autant de représentations de l’énergie dans la ville. Bombes posca, pochoirs, light painting, toiles polychromes ou noir et blanc… Libre choix a été donné aux participants sur les techniques et les outils utilisés. Les artistes retenus ont été présentés à Paris à la Fondation EDF de décembre 2014 à février 2015.

Trois lauréats ainsi qu’une mention spéciale ont été sélectionnés par un jury composé de représentants d'EDF et de professionnels du monde des arts tels que : Pierre Cornette de Saint Cyr (Président d’honneur du Palais de Tokyo), Véronique Mesnager (Expert en art urbain), Alain Dominique Gallizia (Mécène et curateur du graffiti), Tarek Ben Yakhlef (Rédacteur en chef - Paris Tonkar), David Benhamou (Expert et consultant d’art du graffiti Maquis Art), Emmanuel Perrault (Galeriste et collectionneur - Galerie ArtCube).

  • 1er prix : JO DI BONA
  • 2e prix : NASSYO
  • 3e prix : WIRE
  • Mention Spéciale : DAWN

Pour EDF, cette démarche incarne les trois dimensions clés de son action vers les collectivités : modernité, territoire et solidarité - Modernité car le Street Art est un mouvement incontournable de l’art contemporain - Territoire car il s’inscrit dans la cité, qu’elle soit urbaine ou rurale, sans limite d’expression - Solidarité, enfin, car le Street Art est un art accessible à tous comme l’électricité.

INFORMATIONS PRATIQUES

Exposition « Street Art, l’énergie dans la ville »

Espace EDF Bazacle

Du 30 juin au 30 août 2015

Espace EDF Bazacle - 11, quai Saint-Pierre 31000 Toulouse

bazacle.edf.com - #EspaceEDFBazacle

Entrée libre du mardi au dimanche de 11h à 19h

L’Espace EDF Bazacle est accessible aux personnes en situation de handicap.

Cet article Toulouse : du street art chez EDF est apparu en premier sur ecoloPop.

Formula-E : il y aura une épreuve à Paris la saison prochaine !

La FIA Formula-E vient de dévoiler le programme de la saison 2015-2016 des grands prix éponymes, un nouveau championnat mettant aux prises des concurrents au volant de monoplaces électriques. C'en est la deuxième saison, et cette fois-ci, il y aura bel et bien une épreuve parisienne.

samedi 18 juillet 2015

Assemblée Nationale : Rapport sur les circuits courts alimentaires et la relocalisation des filières agricoles et alimentaires

Et si on mangeait local ?

Tandis que les filières agro industrielles se réveillent douloureusement avec le constat d'un nombre croissant d'agriculteurs en détresse, l'alternative d'une agriculture durable, voire biologique, basée sur les circuits courts, gagne en crédibilité : demande de la part des citoyens consommateurs, pour des raisons éthiques, des collectivités territoriales, mais aussi et surtout d'une part croissante des agriculteurs, principalement pour des raisons économiques.

Après plusieurs mois de travail, d'auditions et de déplacements sur le terrain, Brigitte Allain, Députée de Dordogne, a rendu public son Rapport sur les circuits courts alimentaires et la relocalisation des filières agricoles et alimentaires. Elle y formule de nombreuses recommandations concrètes et propose la fixation dans la restauration publique d’un seuil minimal de 20% de produits durables (local, signes de qualité) dès 2016, pour atteindre 40%, dont 20% de bio en 2020.

La loi d’avenir pour l’agriculture, l’alimentation et la forêt du 13 octobre 2014 a fait de l’ancrage territorial de la production l’un des objectifs de la politique agricole et alimentaire. Cette nouvelle orientation, attendue par la société, agriculteurs compris, ne constituera une réponse aux multiples crises agricoles qu’à la condition d’être traduite en actes.

"J'entends que ce travail collectif ne reste pas lettre morte", précise Brigitte Allain, "je travaille d'ores et déjà à une traduction législative de ces recommandations, qui pourrait prendre la forme d'une proposition de loi à part entière".

Pour atteindre un changement d’échelle, la relocalisation de l’alimentation doit être pensée au-delà des circuits courts et de proximité, comme un projet alimentaire de territoire. Cela implique une mise en réseau et l'animation des acteurs - collectivités, consommateurs, entreprises, organisations-, la réalisation d’un diagnostic commun et la définition d’objectifs partagés. Cette vision globale, encouragée par les orientations nationales, devra se concrétiser dans des politiques volontaristes d’accompagnement local.

Le rapport (PDF) est consultable sur le site de la députée

Cet article Assemblée Nationale : Rapport sur les circuits courts alimentaires et la relocalisation des filières agricoles et alimentaires est apparu en premier sur ecoloPop.

Coupures d'eau : l'Assemblée nationale va instaurer le « lentillage »

En achevant son examen en seconde lecture du projet de loi sur la transition énergétique dans la nuit du 15 au 16 juillet, le Sénat a interdit toute coupure d'eau ou « lentillage » (la réduction de débit), en rejetant un amendement déposé par M. Charles Revet, sénateur (LR) de la Seine-Maritime, et vice-président de la FNCCR, qui visait à autoriser le « lentillage », consécutivement à la décision du Conseil constitutionnel, saisi d'une QPC sur les coupures d'eau. Mais le "lentillage" va bel et bien être (...)

vendredi 17 juillet 2015

Ségolène Royal répond au référé de la Cour des comptes sur les Agences de l'eau

La Cour des comptes a rendu publics le jeudi 16 juillet le référé que son Premier président avait adressé le 29 avril dernier au gouvernement, dans lequel il précisait ses critiques sur les défaillances de gestion des agences de l'eau, qui avaient déjà fait l'objet d'une insertion dans son rapport annuel publié le 12 mars dernier, et la réponse qu'y a apporté Ségolène Royal le 8 juillet. La Cour estime que les agences de l'eau n'ont pas assez maîtrisé leurs charges de fonctionnement, et détaille notamment (...)

Cupithon en tournée sur les plages du sud – ouest

La semaine dernière, Cupithon et les militants de Greenpeace ont été à la rencontre des automobilistes sur la route des vacances, afin de les sensibiliser sur le sujet du thon tropical et de la surpêche.
Nous ne nous sommes pas arrêtés là puisque depuis mardi nous sommes également présents sur le lieu de destination des vacanciers… la plage !

Dans les airs et à terre, nous informons les estivants afin qu’ils puissent choisir le bon thon, celui pêché selon des méthodes respectueuses des océans (à la senne sur bancs libres ou à la canne par exemple) mais aussi des êtres humains.

La pêche thonière intensive déstabilise aujourd’hui de nombreuses communautés : les pêcheurs artisans des régions côtières de l’océan Indien, comme Madagascar, les Seychelles ou encore Mayotte; les vendeurs de poissons, les marins à bords des bateaux industriels…

Cette semaine, Cupithon nous parle de l’impact social de la pêche thonière industrielle sur ces personnes.

Conseil 2 : respecter le travail des pêcheurs artisans et des communautés côtières

L’impact environnemental de la pêche thonière industrielle n’est plus à démontrer.
Si cette pêche exerce une très forte pression sur les océans, les pêcheurs artisans locaux sont également très affectés par ces pratiques destructrices. Pour eux, le poisson, leur unique gagne-pain, se fait de plus en plus rare. A cause d’un trop grand nombre de navires et de l’utilisation massive des DCP, il devient de plus en plus difficile de trouver du poisson.

Par ailleurs, du fait de leurs méthodes de pêche non sélectives, les thoniers senneurs ne pêchent pas que du thon. Un cortège de prises accessoires rempli également les filets, comprenant des espèces habituellement pêchées par les petits pêcheurs locaux, comme les dorades coryphènes par exemple.

Et les conséquences ne s’arrêtent pas là.
Les dockers vont être payés en nature avec le thon jugé comme étant de moindre qualité, que l’on appelle communément le « faux poisson ». Ce « faux poisson » sera ensuite revendu à des prix défiants toute concurrence sur les marchés où travaillent des vendeurs modestes, souvent des femmes, qui voient alors leurs revenus s’effondrer.

En tant que consommateurs, vous pouvez agir !
Appelez les services consommateurs des marques de thon en boîte pour savoir ce que cache réellement votre boîte de thon.

Gouvernance de l'eau : le gouvernement enterre le « 4ème collège »

A l'initiative de Delphine Batho, députée (PS) des Deux Sèvres et ancienne ministre de l'Ecologie, l'Assemblée nationale avait adopté lors de l'examen en première lecture du projet de loi sur la Biodiversité, cinq amendements, dont l'un qui reprenait l'idée de créer un « quatrième collège » d'usagers non économiques au sein des instances de bassin, afin de rééquilibrer leur gouvernance au profit des usagers domestiques, qui assurent plus de 90% du financement des politiques publiques, vivement critiquées par (...)

jeudi 16 juillet 2015

Volkswagen développe un système de recharge rapide automatique

Volkswagen travaille sur une avancée destinée aux futurs véhicules électriques. Remplissage performant des batteries et connexion automatique de la prise sont au programme.

COP 21 : le CNRS, les entreprises et les SOLUTIONS…

Comme il va falloir éblouir le chaland à grand renfort d'injonctions foutraques pour camoufler le plantage programmé de la gigantesque caravane publicitaire qui va envahir l'Ile-de-France durant près d'un mois aux fins de “sauver la planète” en décembre 2015, le ban et l'arrière ban du “Climate Tour” s'y est collé en faisant montre d'une inventivité totalement débridée, surtout quand il s'agit de marquer son territoire pour être assuré d'avoir son selfie avec Schwarzenneger à l'arrivée… Ainsi du réjouissant (...)

Salon du véhicule électrique : une station de recharge solaire innovante

JM-9000 JM-8993 JM-9050 JM-9037

Dans la bataille contre les émissions de carbone, la voiture électrique figure en bonne position pour remplacer ses grandes soeurs dotées de combustion interne. Si elle ne dégage pas de C02 en fonctionnant, elle pose toutefois la question de l'alimentation électrique. L'impact d'une augmentation du parc automobile électrique impliquant en effet une augmentation de la production électrique en amont. La production photovoltaïque peut-elle combler ce déficit à venir ?

l'entreprise O’SiToiT, spécialiste de l'installation de panneaux photovoltaïques, présentera sa dernière innovation au premier Salon du véhicule électrique à Val d’Isère en Savoie, du 16 au 19 juillet prochain  : une station de recharge solaire connectée, suivant la course du soleil, au design très ingénieux.
Chaque station de recharge est équipée d’une ombrière photovoltaïque et d’une borne avec deux prises de charge. « L’ombrière est le vaisseau amiral qui concentre toutes les technologies », explique Bruce Febvret, le gérant de la société.

3 innovations majeures pour cette ombrières solaires :

Innovation 1: La position des panneaux est automatisée et recalculée selon l’orientation du soleil et les coordonnées GPS du site afin de maximiser la production d’électricité solaire tout au long de la journée. Le gain est d’environ 20% par rapport à une ombrière fixe.

Innovation 2 : L’utilisateur, via une interface web, peut choisir son mode de recharge (solaire lent ou accéléré réseau) ce qui a un impact vertueux et durable puisqu’il incite l’utilisateur à privilégier la recharge solaire sans le restreindre pour autant.

Innovation 3 : Un design ingénieux pour un accès facilité pour les voitures. L’absence de pieds latéraux sur l’ombrière facilite le stationnement et la circulation autour des véhicules. 

Cet article Salon du véhicule électrique : une station de recharge solaire innovante est apparu en premier sur ecoloPop.

mercredi 15 juillet 2015

Pollution de l'air: une facture de 100 milliards par an

La pollution de l'air coûte plus de 100 milliards par an à la France. Telle est la principale conclusion du rapport établi par une commission d'enquête sénatoriale rendu public ce mercredi. Une évaluation qui intègre à la fois les conséquences sur la santé, les bâtiments, la biodiversité et l'agriculture. Bien sûr, les transports font partie du problème. Mais les sénateurs ont des solutions...

- page 2 de 738 -