Ecoblogie

Syndication de blogs sur l'écologie, l'environnement, le développement durable...

lundi 20 octobre 2014

Stationnement parisien : vers une contravention à 36 euros en 2016 ?!!

La mairie de Paris confirme réfléchir sérieusement à une hausse du stationnement pour ses visiteurs occasionnels. De plus, le montant des contraventions devrait être doublé à partir du 1er janvier 2016.

Il était un Petit Navire…

Ce samedi 18 septembre, environ 200 militants de Greenpeace se sont mobilisés dans 21 villes de France, dans des supermarchés et hypermarchés, afin de dévoiler aux consommateurs la face cachée de leurs boîtes de thon, et notamment celles de Petit Navire.

P1070726

… Un vrai carnage ce p’tit navire…

En France, une grande majorité du marché du thon en boîte repose sur une méthode de pêche destructrice : les dispositifs de concentration de poissons (DCP).

Petit Navire, n°1 des ventes sur le marché français, se fournit principalement via cette méthode de pêche. Le 6 octobre dernier, nous avons lancé sur notre site internet une pétition pour demander à Petit Navire d’opter pour des méthodes de pêche durable. L’utilisation des DCP, sur lesquels est déployée une senne, est une méthode ravageuse pour les océans et leurs ressources. En effet, cette méthode est non sélective. Elle remonte à la surface non seulement des thons juvéniles n’ayant pas eu le temps de se reproduire (ce qui met en danger les stocks), mais également des espèces non visées par cette pêche, qui seront rejetées à la mer mortes ou mourantes.

Vous êtes aujourd’hui plus de 34 000 à vous être mobilisés en ligne en écrivant à Petit Navire et nous vous en remercions !

… qui détruisait tout, tout ce qu’il pêchait.

Ce week-end, c’est sur le terrain, dans des lieux de grande distribution, que nos militants se sont mobilisés pour aider les consommateurs à choisir le bon thon.

Casquettes, stands d’information, flyers, autocollants… Nos militants sont partis à la rencontre des citoyens. Le tout s’étant déroulé en chanson, car cela ne fait jamais de mal de revisiter les classiques…

Pendant que vous écoutez (et partagez) notre version de Petit Navire, n’hésitez pas à rejoindre les 34 000 personnes qui veulent que Petit Navire montre l’exemple et opte pour une pêche durable.

Demandez à Petit Navire d’arrêter le carnage !

Paroles de la chanson
Il était un petit navire,
Un vrai carnage ce p’tit navire,
Qui détruisait tout, tout ce qu’il pêchait
Qui massacrait sans, sans rien épargner
Ohé Ohé !

Ohé ohé ! Gros bateau, tes méthodes de pêche sont un fléau
Ohé ohé ! Gros bateau, tu es une menace pour les flots !

Le DCP, Petit Navire,
C’est gaspiller et tout détruire,
Ne fais pas comme si on te l’apprenait
Tu t’prends les pieds dans ton propre filet
Ohé ohé !

Ohé ohé gros thonier, ton « bon goût du large » c’est du pipeau
Ohé ohé, gros thonier, « le goût du carnage » faut dire plutôt

C’en est assez Petit Navire,
Ta mise en boîte va au chavire
Tes gros dégâts sont enfin dévoilés
Tu ne pourras plus jamais rien nous cacher
Ohé ohé !

Ohé ohé ! Gros bateau, tes méthodes de pêche sont un fléau
Ohé ohé ! Gros bateau, tu es une menace pour les flots !

Assez triché, Petit navire,
Faut évoluer et cesser l’pire
L’alternative as-tu bien essayé ?
Si on te demande, faudra bien t’engager
Ohé ohé !

SIVENS/TESTET : nouvelles mobilisations avant la grande manifestation des 25 et 26 octobre

Alors que les grévistes de la faim en sont à leurs 55ème et 49ème jours de grève, et que Ségolène Royal ne rend toujours pas publiques les conclusions de la mission d'expertise dépêchée sur place il y a plus d'un mois, Cécile Duflot et Noël Mamère viennent apporter leur soutien sur place aux opposants ce lundi 20 octobre. Prélude aux très nombreuses actions qui vont converger lors de la grande manifestation des samedi 25 et dimanche 26 octobre prochains. « Sur la ZAD le calme du week-end a permis de (...)

Marais Poitevin : la révolte des Pictons, par Luigi Cuciro

Le proto-EPTB de la Sèvre Niortaise a décidé de taxer les pêcheurs à la ligne qui y avaient développé un véritable art de vivre depuis l'Antiquité. Cette sournoise Gemapisation précoce suscite remous et colère. Les descendants des Pictons, Colliberts et autres Huttiers du Marais Poitevin sont d'ordinaire des gens très calmes, à l'instar de leurs ancêtres sous César comme sous Henry IV. Quand ceux-ci se sentaient agressés, ils se cachaient dans le dédale des conches du Marais. Mais çà, c'était avant ! (...)

Flame : tripler l’autonomie du smartphone

Basé sur Linux, le système d’exploitation pour smartphone Firefox OS active par défaut un service qui consomme en permanence de 3 à 7 % du processeur. En le désactivant, il est possible de tripler la durée de vie du smartphone Flame de Mozilla.
Téléphone - Flame - smartphone de Mozilla avec Firefox OS

Lire la suite

dimanche 19 octobre 2014

Les immatriculations de voitures électriques en hausse

Pour la première fois, les ventes de véhicules propres dans l’Hexagone ont atteint la barre de 1 %, passant au-delà du seuil historique enregistré en septembre 2013. Avec 644 immatriculations, les ventes de véhicules électriques neufs en France avaient atteint les 0,45 % des ventes globales en France au mois de septembre 2013. Douze mois […]

Lire la suite sur Les immatriculations de voitures électriques en hausse ... Note: Suivez-nous sur Facebook et Twitter | Voiture Electrique

samedi 18 octobre 2014

19ème Foire Bio de la Cussignière à Gorcy (Lorraine)

Affiche2014siteLes 18 et 19 octobre 2014
Salle des Sports/Espace Coulmy
54730 GORCY
À 8 km de Longwy, à 1 km de la Belgique et 10 km du Luxembourg

19ème Foire Bio de la Cussignière
Plus de 120 exposants : Produits alimentaires, textiles et HE bio certifiés (AB , Demeter ou NP selon les cas), vignerons bio, associations, artisans, éditeurs, médecines douces, animation gratuite pour enfants, expos, animation musicale, bar et restauration traditionnelle et végétarienne bio… en salle et sous chapiteau chauffés.
Des conférences avec comme invité d’honneur le Dr J. Albert Claude QUEMOUN.
Dégustation commentée des vins de la foire le dimanche matin.

Nos atouts : ambiance conviviale grâce au dynamisme de l’équipe de bénévoles, qualité et compétence garanties des exposants et conférenciers!

Horaires : de 12h à 20 h le samedi 18 et de 10 à 18 h le dimanche 19
Parkings gratuits à proximité
Tarifs : 1 jour : 4,50 € / 2 jours : 6 €

Renseignements : Association Mieux Vivre,
56, rue Jeanne d’Arc
54730 GORCY
tél/fax 03.82.26.83.19 ou 03.82.24.32..22

Cet article 19ème Foire Bio de la Cussignière à Gorcy (Lorraine) est apparu en premier sur ecoloPop.

vendredi 17 octobre 2014

Brèves de l'éco - Opel, Honda et Volvo au menu...

Voici une seconde série de brèves à caractère économique.

Brèves de l'éco - Spécial Toyota

Voici en ce vendredi 17 octobre 2014 une première série de brèves à « caractère économique » entièrement dédiée à la marque Toyota.

Gagnez un ordinateur portable reconditionné

GreenIT.fr et son partenaire Ordibroc.com s’associent pour vous permettre de gagner un ordinateur portable professionnel reconditionné. Deux modèles sont proposés : Thinkpad T410 et X200. A vous de jouer !
Lenovo - R400 - reconditionné

Lire la suite

jeudi 16 octobre 2014

La voiture électrique ne branche toujours pas les acheteurs

Il faut être bien courageux pour se lancer dans la voiture électrique actuellement tant les barrières restent nombreuses. Et si les problèmes d'ordre techniques demeurent, l'intérêt des acheteurs pour ce type de véhicule n'augmente pas. En fait, sur les 1500 sondés par le cabinet PwC, seul 1 % affirme s'y intéresser.

Amazonie : sur la piste du bois illégal

Au moyen de balises GPS dissimulées sur des camions de transport de grumes, Greenpeace a pu remonter la piste d’un trafic de bois illégal en Amazonie brésilienne.

© Otávio Almeida / Greenpeace
© Otávio Almeida / Greenpeace

L’État du Parà au cœur du trafic

Cette enquête mène à trois scieries de l’État du Para, qui avaient pourtant vu leurs licences d’exploitation révoquées par l’organisme de contrôle fédéral. Surprise : plusieurs d’entre elles fournissent du bois à des exportateurs, dont Rainbow Trading, une entreprise qui a pignon sur rue et fait commerce avec le monde entier, y compris… la France.

Dans un rapport publié en mai dernier (La crise Silencieuse de l’Amazonie), Greenpeace avait alerté l’industrie du bois et les pouvoirs publics sur les fraudes massives qui gangrènent le secteur du bois en Amazonie brésilienne et qui exploitent les failles d’un système de contrôle largement inopérant. Entre temps, le Procureur fédéral pour l’État du Para a ouvert plusieurs procédures pénales, et mis en demeure les responsables du système de contrôle de remédier à ses graves insuffisances.

La France est le deuxième importateur mondial de bois amazonien, et, depuis mars 2013, un règlement européen est censé prévenir l’importation de bois à fort risque d’illégalité. Voir l’intégralité de notre dossier d’investigation Bois volé – vies volées.

Le 22 mai, des militants de Greenpeace avaient symboliquement “mis sous scellé” du bois importé du Brésil et du Congo RDC sur le port de La Rochelle, pour dénoncer l’inaction de la France contre l’importation de bois illégal.
Pour revoir les actions de la Brigade de Vérification du bois de Greenpeace, naviguez dans la timeline…

Après les actions de Greenpeace, c’est bon, se disait-on : les importateurs et pouvoirs publics ont été dûment alertés, et vont désormais avoir une vigilance accrue à l’égard du bois en provenance de cet État amazonien… “No pasaran”, les cargaisons douteuses ! Eh bien si… le bois à haut risque d’Amazonie arrive toujours en France

Les faux-papiers de la filière brésilienne

L’enquête de Greenpeace montre en effet que des camions ont chargé des grumes dans une forêt publique, où aucune coupe n’est autorisée, puis ont effectué de nombreuses rotations nocturnes jusqu’à plusieurs scieries de l’État du Para, dont Rainbow Trading.

Cette entreprise s’approvisionne officiellement auprès de 5 exploitations privées légales, et bénéficie à ce titre de documents légaux de détention et transports de grumes. Mais les photos satellites de ces exploitations ont montré que trois d’entre elles étaient inactives… et des irrégularités généralement liées à des activités illégales ont été détectées sur les deux autres. Outre les cinq domaines mentionnés, les données enregistrées dans SISFLORA (le portail de contrôle des états du Para et du Mato Grosso) montrent que Rainbow Trading s’est approvisionnée auprès de trois scieries : Odani, Sabugy and Schmitt & Schnorr Ltda. Or il se trouve qu’aucune de ces scieries n’est autorisée à vendre du bois : le gouvernement fédéral ayant suspendu leurs immatriculations.

© Otávio Almeida / Greenpeace
© Otávio Almeida / Greenpeace

Rainbow Trading utilise vraisemblablement ces documents pseudo-légaux, car ne correspondant à aucune transaction réelle, pour blanchir les grumes livrées nuitamment, en provenance d’une zone de coupe illégale. Et une fois dotée de ces documents (GF1 et GF3), maquillés de “légalité”, le bois scié peut partir n’importe où, y compris à l’exportation…

Des sociétés françaises dans le circuit

D’après nos informations, Rainbow Trading a notamment exporté en France cette année, auprès des sociétés Peltier Bois et Rougier (Sylvaco Panneaux). Au total, ce sont 8 livraisons de ce bois éminemment suspect qui sont passées entre les (bien trop larges) mailles du filet.
La conclusion s’impose : c’est la règle du “business as usual” qui s’applique encore et toujours dans le secteur du bois.

Importateurs et autorités françaises continuent de fermer les yeux sur les pratiques illégales dans les pays tropicaux, malgré leurs dénégations et leurs affirmations de vigilance.

Greenpeace appelle l’autorité compétente française à diligenter une enquête sur les importations effectuées auprès de la société Rainbow Trading ; les importateurs français à renforcer considérablement leurs procédures de diligence raisonnée en cessant de considérer les documents officiels brésiliens comme preuve suffisante de légalité et le gouvernement brésilien à revoir toutes les autorisations d’exploitation accordées depuis 2006 et à combler les failles du système de contrôle.

Lire le rapport complet : La crise silencieuse de l’Amazonie : la nuit, tous les crimes sont permis

Pocheco, l’entreprise résolument verte

cuve-vegetaliseeL’entreprise Pocheco, dans le Nord, est spécialiste de la fabrication d’ enveloppes , pochettes et sacs à soufflets pour les groupes de banque ou banque assurances, ou encore  opérateurs de téléphonie,  producteurs et distributeurs d’énergie, institutions. Nous découvrons pour vous un site exceptionnel : au sein de cette PMI du nord de la France, collaborateurs et dirigeants ont décidé d’agir. A leur échelle et de manière suivie en adoptant les principes de l’écolonomie.

Des ruches dans l’entreprise 

Les toits des bâtiments sont parsemés depuis plusieurs années de ruches d’abeilles. Chacune contient 50 000 abeilles. Elles produisent une quantité exceptionnelle de miel et la récolte est disponible à la vente en pots de 125g, 250g, 500g et 1kg. Ce sont les salariés de POCHECO qui accompagne l’apiculteur pour s’occuper des ruches.

Un refuge pour les oiseaux.

Durant la dernière décennie, les nombre d’oiseaux inféodés à des milieux bâtis et agricoles est en train de diminuer. Les causes de ce déclin sont multiples mais la dégradation et la perte des habitats sont les principales menaces.*
Fort de ce constat, POCHECO a décidé de devenir refuge LPO (Ligue pour la Protection des Oiseaux). 14 nichoirs ont été installés sur le site de production. Il nous sera possible d’observer ces espèces, grâce à plusieurs caméras dont une permettant d’observer les allers et venues des oiseaux et deux autres caméras qui auront une vue directe dans les nichoirs. En espérant voir un jour éclore la vie, et observer les premiers essais de vol de cette nouvelle génération.

Un réservoir de biodiversité

En mars 2014, les salariés ont planté 40 arbres fruitiers grâce à l’association Pocheco Canopée Reforestation.
Les fruitiers natifs de la région se font de plus en plus rares. Non seulement ce verger est un réservoir de biodiversité mais ses 600m2 contribue aux efforts de Pocheco pour végétaliser et perméabiliser notre site. L’équipe pourra ainsi venir cueillir une pomme, une poire, une prune, une nèfle ou une cerise et ainsi retrouver le goût des fruits fraîchement cueillis de l’arbre.

CUVE VÉGÉTALISÉE : UNE PREMIÈRE MONDIALE

 Dans le cadre de la construction de son nouveau bâtiment de stockage, la cuve des eaux de sprinklage a été habillée d’une couverture végétale. Constituée de panières plantées d’espèces régionales, cet habillage de 200 m2 permet de restaurer la biodiversité de proximité.

Cette structure, imaginée par POCHECO et réalisée par VERT-tical NORD, comporte des panières accrochées sur une structure métallique. Chaque panière contient de la spaigne, une fibre végétale de 8 à 15 cm long, imputrescible et séchée, qui retient 20 fois son poids en eau, ce qui diminue la quantité d’eau nécessaire à l’arrosage.

Les plantes étaient choisies avec le Conservatoire Botanique de Bailleul. Elles sont indigènes de la région et ne perturbent pas les essences locales. Elles sont aussi issues de l’agriculture biologique et sont de floraison mellifère.

Essences plantées : Cardamine des prés, Reine des prés, Fleur de coucou,Brunelle commune, Achillée millefeuille, Millepertuis perforé, Grande marguerite, Plantain lancéolé, Salsifis des prés, Petite Pimprenelle, Saponaire officinale, Origan, Fraisier des bois, Succise des prés, Bétoine officinale, Bugle rampante, Fétuque de Leman, Laîche à épis pendants.

Cet article Pocheco, l’entreprise résolument verte est apparu en premier sur ecoloPop.

FILM : Eau potable à tous les étages, sur Télémillevaches

Dans la 221ème édition de son « Magazine du plateau », daté des mois d'octobre/novembre 2014, la vaillante Télémillevaches s'interroge : « L'adduction d'eau, une question facile ? Sans doute bien moins aujourd'hui qu'hier… » En 52 minutes, les réalisateurs Franck Galbrun et Raphaël Cartier explorent les tours et détours de l'adduction d'eau en milieu rural. Un reportage multidiffusé à l'antenne de Télémillevaches, présenté dans six séances publiques dans la Creuse, et désormais consultable en ligne, sur (...)

Bolloré prépare-t-il "Utilib" ?

Vous connaissez tous Autolib', ce service d'auto-partage de véhicules électriques dans les grandes villes (les noms changent selon les villes) s'est largement répandu depuis quelques années. Oui, mais voilà, Autolib' a ses limites, notamment en termes de volume de chargement. Le groupe Bolloré serait cependant sur le point de lancer une version « utilitaire » avec Utilib'.

Honda confirme le renouvellement de la Jazz hybride

Même si nous ne doutions guère de son retour, Honda confirme que la nouvelle génération de Jazz, qui était présente à Paris sous la forme d'un prototype, aura une nouvelle fois droit à sa variante hybride, et ce malgré les mauvaises ventes en hybride chez Honda.

mercredi 15 octobre 2014

Gratuité des autoroutes de Ségolène Royal : une idée pas très écolo ?

Si Manuel Valls a immédiatement clôt le débat, les politiques s'insurgent contre l'idée de Ségolène Royal de rendre les autoroutes gratuites le week-end. En particulier les écologistes.

Nissan propose déjà le super bonus sur la Leaf

Vous voulez acheter une électrique mais vous trouvez les quelques offres du marché encore trop cher ? Nissan va proposer dès demain une offre spéciale pour les potentiels clients d'une électrique en devançant le super bonus promis par l'Etat pour l'an prochain. La réduction sur une Leaf se portera donc à 10 000 € jusqu'au 31 décembre, et la seule condition est de faire reprendre un diesel de plus de dix ans.

Le nuage Telehouse certifié AFAQ éco-conception

Cloud computing. La certification AFAQ éco-conception distingue les efforts fait par l’opérateur pour réduire les impacts environnementaux de son nuage informatique sur tout son cycle de vie. Une première !
Logo - Afnor - AFAQ - certification éco-conception

Lire la suite

mardi 14 octobre 2014

Une loi de transition énergétique pavée de bonnes intentions

C’est samedi matin à 6h45, que les députés ont fini d’examiner les 2507 amendements au texte de la loi de Transition énergétique, votée ce mardi. Les députés ont ainsi, après de longues (très longues) heures de débats, inscrit la réduction de la part du nucléaire dans la loi. C’est une première pour la France, et un indice d’évolution culturelle…

Mais la réalité de cette loi, c’est que dans un contexte international, et notamment l’accueil de la COP21 à Paris l’an prochain, la France n’a pas terminé le travail… Certains objectifs sont fixés, mais aujourd’hui, tout est encore à faire pour les atteindre.

ENR

En quelques points, le tour de la “loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte”.

(cliquez sur les titres pour voir apparaître les rubriques)

Réduction de la place du nucléaire, deux chiffres clés :

63,2 gigawatts nucléaires de puissance maximum, 50 % de l’électricité produite d’origine nucléaire en 2025. Cette réduction est accompagnée de l’acceptation et même de l’affirmation, par les services de l’État et ses entreprises (RTE, DGEC) qu’elle ne se fera pas sans fermer des réacteurs. Une révolution culturelle !

Réduction de la place du nucléaire, pas de noms, pas de moyens :

Des bémols, ou en tout cas, une note de réalisme : la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim ne figure pas dans le projet de loi, et aucune autre fermeture de tranche n’est annoncée.

EDF garde la main sur la politique énergétique française :

Le gouvernement n’a pas encore repris la main sur EDF. Il manque des moyens de contrôles, pour qu’enfin EDF ne soit plus le seul décideur de l’avenir énergétique de la France. En effet, EDF pourra adapter la programmation pluriannuelle énergétique (PPE), adoptée par le seul gouvernement et par décret, à sa stratégie industrielle qui reste donc sacralisée dans le texte de loi.
S’il y aura bien constatation des incohérences entre les deux projets, rien ne viendra contraindre EDF à fournir un plan industriel conforme.

De même, la décision de poursuivre l’exploitation des réacteurs nucléaires au delà de 40 ans se fera entre l’ASN et EDF sans que ni les citoyens, ni leurs élus et représentants au niveau de l’état ne participent à des discussions contradictoires. En somme une loi dans l’intérêt d’EDF et au détriment de l’intérêt général.

Des moyens politiques insuffisants :

Comment réduire la part du nucléaire à 50% sans que le “politique” planifie la fermeture de réacteurs ? Le gouvernement et les députés ont manqué leur rendez-vous. Ils ne se sont pas donné les moyens et le pouvoir de décider de l’avenir des réacteurs nucléaires en France… Il aurait fallu qu’ils limitent l’âge maximum des réacteurs à 40 ans, qu’ils prévoient un processus politique de décision de fermeture auquel l’exploitant EDF devrait se soumettre, qu’ils planifient le développement des énergies renouvelables et qu’ils renforcent l’ambition sur l’efficacité énergétique. Et, au delà de la question nucléaire, gouvernement et députés auraient dû mettre en œuvre des moyens politiques et économiques à la planification urbaine, à la rénovation des logements, au développement du fret fluvial et ferroviaire (entre autres.)

Réduction de la consommation d’énergie : le flou

Ici, la loi pèche par manque de précision. Il est certes nécessaire de donner une perspective chiffrée et de réduire par deux la consommation d’énergie d’ici 2050, mais un objectif intermédiaire d’au moins 30% de réduction de consommation d’énergie pour 2030 (par rapport à 2012) est nécessaire, les 20% votés par les députés étant loin du compte. C’est ce qui permettra de limiter les investissements dans de nouveaux moyens de production, de limiter les imports en ressources (60 à70Md€/an) et de maîtriser la facture des ménages.

Obligation de rénovation énergétique : pas d’objectif pour le climat

La mise en place de PCAET (Plan climat air énergie territoriaux) à l’échelle des intercommunalités et la proposition d’un objectif de réduction de gaz à effet de serre pour 2030, sont un pas … Pourtant, les potentiels sectoriels de réduction des émissions via une baisse des consommations notamment d’énergies fossiles et un développement des énergies renouvelables restent à l’heure actuelle sous-exploités. De plus, concernant le climat, l’absence d’un objectif français de réduction de gaz à effet de serre d’au moins 45% en 2030 vient plomber le bilan.

Le transport : la fausse bonne idée de la voiture électrique

Les mesures adoptées se concentrent sur le développement des véhicules électriques et des biocarburants, sans que leurs impacts ne soient bien évalués. L’obligation d’équipement en bornes de recharge pour les voitures électriques est un non objectif qui risque d’accentuer la consommation électrique … De surcroît, sans plans de déplacements urbains adaptés, sans réflexions sur la place du transport en commun, c’est encore un pan inachevé de la loi et de la transition énergétique.

Les fossiles : pas de désintox pour la France

La loi manque de mesures concrètes pour réduire les consommations énergétiques sectorielles encore très dominées par les énergies fossiles (notamment le transport et le secteur du bâtiment)… De plus, on ne peut que regretter l’absence d’annonce d’une interdiction de l’exploitation des ressources fossiles non conventionnelles en France – indépendamment de la technologie d’extraction utilisée uniquement pour des raisons climatiques.

Pour approfondir ces sujets :

Toutes les actualités énergie-climat de Greenpeace France
Le Transitiomètre du Réseau Action Climat France

- page 2 de 698 -